« Cette multiplication des violences contre les députés n’a pas d’équivalent sous la Ve République »

Pour l’historien Christophe Bellon, les actes ciblant les parlementaires ont pris une acuité particulière.